Un détectoriste fait une belle découverte et retrouve ses propriétaires !

RemiCaubetFR

« Pendant les vacances, j’ai décidé de partir à l’océan du côté d’Hossegor. J’avais une idée derrière la tête. En effet, lors de mon voyage, j’ai emporté mon pense bête sur lequel étaient notés les conseils de Rodolphe Moulie. J’y ai écrit les réglages de l’ORX dédiés à la détection sur le sable mouillé, car habituellement je détecte dans les champs et forêts.

Des séances de détection fructueuses

Dès mon arrivée, j’ai décidé d’effectuer ma première sortie sur la plage. J’ai été étonné de voir que l’ORX était stable sur le sable mouillé et les sons légèrement différents. Cela était un peu déstabilisant au début, mais ensuite j’ai commencé à faire des trouvailles : un bracelet en camelote, de la monnaie, …
Ensuite, j’ai décidé de revenir pour une deuxième session de détection. J’ai affiné quelques réglages, activé le mode GOLD SALT, et j’ai de nouveau trouvé des monnaies, dont une pièce de 1 franc et une bague fantaisie en argent. Ces conseils m’ont été très utile ! Moi qui, l’année dernière, ne détectais pas sur le sable mouillé.
Pour ma troisième sortie, j’ai décidé cette fois-ci de m’aventurer plus près de l’eau. C’est à ce moment-là que j’ai entendu un son étrange, avec un indice de conductivité passant de 30 à 50. J’avais une bonne intuition, alors j’ai creusé environ 40 centimètres. Ce n’était pas facile avec le sable mouillé qui s’écroulait.

gopro2

Puis, la cible a commencé à se déplacer dans l’eau, c’était vraiment étrange. J’ai hésité à abandonner, mais j’ai continué à creuser énergiquement pour sortir le plus de sable possible. Enfin, j’ai réussi à sortir la cible… et là surprise ! C’était une GoPro récente ! J’ai essayé de l’allumer, et puis deuxième surprise… elle fonctionnait ! L’écran était légèrement fendu et la batterie déchargée.

Je me suis donc empressé de rentrer à l’appartement pour essayer de la faire fonctionner. Malheureusement, en essayant de l’ouvrir pour la recharger, je remarqué que la batterie surchauffait (sûrement à cause du sable et de l’humidité).

Le début des recherches : ne rien lâcher !

De retour de vacances, j’ai décidé de regarder ce que contenait la carte SD, et là j’ai découvert des vidéos d’une famille souriante. Elle avait un accent allemand ou hollandais, il y avait une fillette pleine de vie et une mère enceinte, puis l’arrivée d’une autre petite fille. J’ai également trouvé une vidéo d’un road trip en camion aménagé, et ensuite des vidéos réalisées à Hossegor.
A ce moment-là, je n’avais qu’une idée en tête : retrouver cette famille !

Tout d’abord, j’ai commencé mes recherches avec la plaque d’immatriculation du camion. Pour cela j’ai demandé l’aide d’un ami gendarme, mais entre la France et l’Allemagne il n’y a aucunes informations à ce sujet-là.
Je savais juste que la plaque était allemande.

Ensuite, dès le lendemain, j’ai revisionné les vidéos de la GoPro. Sur l’une d’elle, j’ai remarqué un restaurant. J’ai tout de suite lancé une recherche Google et j’ai trouvé une ville : Desdren.
Après cette découverte, j’ai décidé de creuser encore plus. Une des petites filles apparaissait avec un maillot de sport où il était inscrit « Emma » et le numéro 26. J’ai donc recherché sur Facebook tous les clubs de sport de Desdren mais aucune ressemblance avec le maillot de la vidéo.
Le lendemain, j’ai continué à chercher de nouveaux détails. Soudain, une photo a attiré mon attention. C’était une des fillettes qui coloriait, il y avait une étiquette sur sa trousse. J’ai zoomé x10, et là une montée d’adrénaline m’a envahi : j’étais sur une piste sérieuse !
Il y était inscrit « Emma Wiedemann 2c ».
Malheureusement, je n’ai rien trouvé sur Facebook et sur Internet… Je me suis donc acharné à envoyer un message avec 3 photos à chacun des profils Facebook qui avait le même nom de famille et qui habitait à Desdren.
Les réponses étaient négatives… certaines personnes m’ont informé que ce nom de famille était très répandu et que Desdren était une grande ville. De plus, le maillot appartenait à l’équipe nationale de football, j’étais dépité de ne pas avoir trouvé plus d’informations.

Des investigations finalement récompensées

Mais je ne me suis pas découragé ! J’ai cherché tout ce que je pouvais sur Desdren, et j’ai fini par tomber sur la page d’un journal local. Sans hésiter, j’ai tenté ma chance et envoyé un message en expliquant toute l’histoire. Rapidement, un journaliste m’a répondu et a commencé à me poser pleins de questions. Il avait l’air très impliqué et a soutenu ma démarche, il m’a même demandé plus de photos.
Deux heures plus tard, il m’a contacté et m’a envoyé l’article qu’il avait écrit. J’étais très ému car il m’a dit que l’article serai publié dans le journal national ! Enfin une avancée !
Lorsque j’ai traduit l’article, le journaliste m’a fait des éloges, cela m’a vraiment touché et je l’ai remercié. Les vues de mon article n’ont fait qu’augmenter tout au long de la journée.
Puis, vers 17 heures, j’ai reçu un message du journaliste « nous avons le nom de la mère », j’étais tellement heureux ! Ensuite, j’ai reçu un nouveau message « le père nous a contacté, il va vous contacter », j’étais tellement impatient !
Enfin, après une heure d’attente, je reçois le message du père de famille. Il m’a remercié une dizaine de fois et m’a dit que sa femme était en pleurs, que son téléphone n’arrêtait pas de sonner car plusieurs personnes les avaient reconnus.

Gopro3

Nous avons échangé des messages pendant 2 heures. Je lui ai expliqué ma motivation, que j’ai aussi une famille et que je connais la valeur de certains souvenirs. Tout ce temps passé à chercher des détails m’a fait entrer dans leur aventure.
Une amitié a commencé à se créer, il m’a dit que c’était la première fois qu’ils venaient en France et qu’ils reviendront volontiers l’année prochaine. C’est alors que j’ai commencé à organiser une étape supplémentaire par chez moi, lors de leur futur voyage.

Tout cela pour dire que, parfois en détection, la valeur des objets ne dépend ni de l’âge, ni de la matière, mais de la valeur que vous lui accordé et de ce que vous en faites.
Personnellement, cette aventure m’a comblé de bonheur avec des émotions difficiles à retranscrire par écrit. Tellement intense, juste pour une GoPro.
Je creuse donc je suis. »

Rémi Caubet

Cet article est directement inspiré par le post sur le Forum de Rémi Caubet forum post