Roger Olsen, un Déus et… un trésor celtique

Si l’on cite souvent l’exemple anglais en matière de collaboration efficace entre prospecteurs et archéologues, il est d’autres pays qui ont bien compris tout l’intérêt de profiter des recherches de ces milliers de passionnés d’Histoire qui arpentent régulièrement les bois et les labours, détecteur en main. Ainsi, la Norvège encourage également ses prospecteurs responsables à collaborer étroitement avec les services archéologiques. L’histoire que nous livre ici Roger Olsen en est un parfait exemple.

Roger Olsen 2²

Je m’appelle Roger Olsen, j’ai quarante-trois ans et je travaille dans une boutique. Je passe tout mon temps libre à pratiquer ma passion, la détection de métaux. J’appartiens au Rygene Detecting Club. J’anime également un site et une page Youtube. Hélas, l’an dernier je n’ai pas pu déposer autant d’articles que je l’aurais voulu, à cause d’une surcharge de travail. Mais cette année, je compte bien me rattraper.

J’utilise un XP Deus depuis trois ou quatre ans et je souhaitais vous en parler, car il s’agit vraiment du meilleur détecteur que j’ai jamais possédé. J’ai prospecté avec bien d’autres machines : Minelab, Fisher, White’s et, pour moi, le XP Deus est vraiment le summum. Je n’en changerai pour aucun autre.

Ma compagne se passionne elle aussi pour la détection. Lorsque nous partons tous les deux en prospection, elle utilise mon Deus et moi un Garrett AT Pro, mais dès que je me retrouve seul je récupère bien vite mon détecteur favori. Un de ces jours, j’espère que nous pourrons acquérir un second Deus car elle est vraiment éprise de ce fantastique loisir.

Je recommande à toutes mes connaissances et amis, qui souhaitent se lancer dans la détection, d’acheter un Deus. J’ai orienté pas mal de nouveaux prospecteurs vers cette machine.

Je possède également une page Facebook « XP Deus Norvège » (XP Deus Norge), qui compte trois cent dix membres. On y parle de nos trouvailles, de nos réglages et de plein d’autres choses autour du Deus.

Roger Olsen 1

Je dois admettre que lorsque je laisse mon Deus à ma compagne, je la jalouse un peu, mais je le fais car cet appareil est vraiment très facile à utiliser pour elle. C’est d’ailleurs ce qui est fantastique avec ce détecteur de métaux, il est léger, sans fil et possède une réactivité qu’aucun autre détecteur ne possède. Il s’agit en tout cas de mon opinion. Il produit des sons clairs et précis et a une ergonomie extraordinaire, notamment avec le casque WS5 qui se pose, à mon sens, comme l’un des meilleurs casques du marché.

Avec cette machine, vous pouvez même commencer à prospecter sans faire de réglages, grâce aux programmes d’usine. C’est aussi cela qui distingue le DEUS des autres détecteurs haut de gamme. Vous pouvez également créer vos propres programmes mais, personnellement, il y en a deux qui me conviennent parfaitement, le programme 2 (GMP) et le 3 (Deus Fast). J’utilise habituellement le mode GMP et je réserve le Deus Fast pour les terrains plus pollués. Ce programme est excellent pour localiser de fines monnaies d’argent au milieu de ferreux.

Un autre avantage du Deus réside dans sa compacité. En effet, avec sa canne pliable, il est très facile de l’emmener en voyage. Là où il faut démonter les autres détecteurs, il vous suffit, avec le XP Deus, d’ouvrir les deux bagues de verrouillage et de replier la canne. Cela prend quelques secondes à peine.

canne-pliante-2015

J’ai exhumé pas mal de trouvailles avec mon Deus. En octobre 2014, par exemple, je détectais sur l’un de mes sites favoris. Après avoir sorti des boutons et des balles durant une trentaine de minutes, j’ai reçu un très bon signal. Je ne savais pas encore que j’étais face à la découverte de ma vie. En quelques coups de pelles, je déterrais un objet qui paraissait être une pierre. Je le grattais un peu et j’aperçus de la rouille. Cela ressemblait à une poêle. Sur le coup, j’ai pensé avoir découvert un dépôt d’ordures, laissé par les Allemands qui avaient établi un camp de prisonniers non loin de là, lors de la Seconde Guerre mondiale. Je décidais de jeter ces cochonneries. J’ai soulevé un gros bloc et là, j’ai reçu un choc. Je venais en fait de mettre au jour un trésor celtique. J’en restais bouche bée. Après avoir repris mes esprits, j’ai immédiatement appelé les archéologues qui étaient aussi surpris que moi, puis j’ai recouvert mes trouvailles. Quelques jours plus tard, les archéologues ont entamé des fouilles pour exhumer mes découvertes dans les règles de l’art. Il y avait au total vingt-deux objets : haches, marteaux, couteaux, poêles, clous… ainsi que des morceaux de charbon. C’était sans doute le dépôt d’un forgeron.

Roger Olsen 3

J’ai ensuite eu la chance de travailler en étroite collaboration avec les archéologues qui m’ont associé aux fouilles.

Roger Olsen assemblé 1

La loi en Norvège, stipule que toutes les découvertes d’artefacts datant d’avant 1537, les monnaies d’avant 1650 et les objets de nature à intéresser la culture doivent être signalés aux autorités compétentes.

Comme j’entretenais de bonnes relations avec le responsable local de l’archéologie, il m’a permis de participer à plusieurs campagnes de fouilles avec mon XP Deus. En contrepartie, s’il m’arrive de mettre au jour un élément nécessitant une déclaration, je l’appelle immédiatement et je note systématiquement les coordonnées GPS afin de lui indiquer précisément le lieu de la découverte. Il est important de protéger l’Histoire et de la comprendre, de comprendre où et comment les gens vivaient et qui ils étaient.

En octobre 2015, des archéologues professionnels mandatés par le musée d’Elverum (une municipalité dans le comté d’Hedmark, en Norvège) ont passé une semaine sur le site pour tenter d’en savoir plus. Nous ne connaissons pas encore les résultats de leurs recherches au moment d’écrire cet article – ils hésitaient entre une tombe et une cache d’armes – mais ce qui est certain, c’est que cette trouvaille fortuite a décroché le titre de découvert de l’année sur une page très populaire de Facebook. Il y a même des archéologues qui ont affirmé que c’était la plus belle trouvaille faite avec un détecteur de métaux en 2014 !

Roger Olsen assemblé 2Mais j’ai fait de nombreuses autres belles découvertes dont, parmi les meilleures :

  • Un anneau d’argent du quatrième ou cinquième siècle, de trente-quatre grammes. C’était au printemps 2012, toujours avec mon Deus. Cet anneau est actuellement exposé au musée d’Histoire culturelle d’Oslo.
  • Une monnaie anglo-saxonne d’Ethelred (978-1016), trouvée en Norvège à l’occasion de fouilles. Elle est désormais au British Muséum.
  • Un sceau du Moyen-âge, trouvé à l’automne 2011 et provenant du monastère de Kalundborg, au Danemark. Ce qui est drôle, c’est que j’ai fait cette découverte alors que démarrait une campagne de fouilles, menée par des professionnels, dans ce même monastère. J’ai remis ce sceau aux autorités et il sera bientôt exposé dans un musée au Danemark.
  • Une broche Viking, datant des années 800 / 850, dans un très bel état de conservation, elle aussi remise aux autorités.

Il ne s’agit là que de quelques-unes de mes plus belles trouvailles, mais j’en ai fait bien d’autres s’étendant sur une large période, du Moyen-âge à l’époque moderne.

Aucun défi n’est trop grand pour le DEUS !

Tenez-vous informé des nouveautés et actualités XP en vous inscrivant sur la newsletter:  http://eepurl.com/WcmRz