Persévérance récompensée !

Phil Kirk et Harvey Cross, deux brillants prospecteurs anglais étaient de sortie un jour de janvier  2013 avec leur DEUS, lorsque Harvey a découvert la poignée d’une cruche romaine et le haut d’un vase.

philip kirk

Bien qu’ils soient revenus sur la même zone à plusieurs reprises, ils n’ont rien pu trouver d’autre, mis à part quelques monnaies romaines en mauvais état.

assemblé PK 02

Ce n’est qu’en octobre 2014 que Phil décide de retourner prospecter à ce même endroit. Et bien lui en a pris, car au bout de quelques minutes, soudainement il perçoit un signal de 97  sur l’écran du DEUS, il pense alors en premier lieu que cela peut être un gros ferreux, mais l’affichage ne varie pas et maintient bien 97. Il se met donc à creuser et à environ 25cm de profondeur il aperçoit le dessus d’un vase.

assemblé PK 01

Dans un premier temps, il croit à une partie d’un engin agricole… mais c’est alors qu’apparait le corps du vase. Phil décide alors d’appeler son ami Harvey qui travaille pour un musée local afin de lui demander conseil. Les conseils d’Harvey sont simples : «  fais attention ! »

Les archéologues locaux informés, la découverte a été délicatement fouillée et le vase accompagné d’autres vestiges ont été retirés avec précaution.

Lors d’une deuxième campagne de fouille avec l’équipe d’archéologues, d’autres découvertes étonnantes ont été mises à jour:

phil-kirk-burial-urn

une urne et des récipients en verre,des restes de chaussures romaines, des monnaies, des carrés de mosaïque en pâte de verre, et une patère en bronze, le tout constituant de véritables œuvres d’art qui semblent avoir été importés d’Égypte. Les objets métalliques ont été travaillés de manière remarquable, certains comportent des soldats au travail, ils sont d’ailleurs très ressemblants à ceux de la première guerre mondiale.

assemblé PK 03

Toutes ces trouvailles semblent être situées dans un grand cairn de silex très similaire à cette image,

burial

ce qui a confirmé que cette sépulture était celle d’une personnalité de très haut rang, datée d’environ 200 après JC. Le tout est en cours de restauration par le musée local.

Vous pouvez visualiser mon interview de Phil ici :

Gary

Phil comme beaucoup d’utilisateurs de détecteurs de métaux anglais est, lui aussi, un chercheur consciencieux, il a été formé et sensibilisé en conséquence, il a donc naturellement sollicité l’aide de professionnels de l’archéologie. Il sait parfaitement qu’il faut prendre d’extrêmes précautions avant de déterrer ce type d’objets, ceci afin de ne pas endommager les couches stratigraphiques profondes du site et ainsi ne pas ruiner l’étude future de sa découverte.

Cette situation est le fruit d’une collaboration étroite entre les professionnels anglais de l’archéologie et les utilisateurs de détecteur de métaux. Reconnus, ces derniers deviennent eux-mêmes des protecteurs de leur patrimoine et localement surveillent et protègent leur environnement du pillage.

Plutôt que de marginaliser et condamner sans discernement toute une frange de la population, comme le font leurs homologues français, les services de la culture anglais ont compris qu’il valait mieux éduquer les utilisateurs de détecteurs de métaux, pour qu’ils sachent réagir face à ce type de situation. Et 19 ans après la mise en place du PAS* et du Treasure Act**, les résultats leur donnent incontestablement raison :

Roger Bland,  conservateur au british muséum et détaché au ministère de la Culture, déclare au sujet du PAS* et TREASURE ACT**: « L’aboutissement d’années de travail…, de 25 “trésors” déclarés par an avant la mise en place du Treasure act, nous sommes passés à 992 trésors en 2013… et à 80 000 autres objets archéologiques déclarés. »

Source:http://www.britishmuseum.org/about_us/departments/staff/portable_antiquities_treasure/roger_bland.aspx

En France ces mêmes trésors ne peuvent pas être déclarés et sont malheureusement perdus. En cause, une attitude totalement inadaptée et irresponsable des services de la culture français.

Margaret Hodge ministère de la culture anglais rajoute: « La découverte du trésor de Staffordshire est significative pour la compréhension de notre héritage Saxon. Elle met aussi en avant le « Portable Antiquities Scheme* » et le « Treasure Act** »  qui assure la déclaration des objets retrouvés et qui nous permet d’enrichir nos connaissances et notre compréhension du passé. Le nombre de découvertes déclarées au « Portable Antiquities Scheme » ces dernières années devient plus importantes depuis que la loi du « Treasure Act » a été votée et que le « Portable Antiquities Scheme » a été étendu jusqu’à l’Angleterre et le Pays de Galles ».

Source :https://finds.org.uk/publications/reports/2007

* Le Portable Antiquities Scheme (PAS) est un programme volontaire géré par le gouvernement du Royaume-Uni pour enregistrer le nombre croissant de petites trouvailles archéologiques (faites) par les particuliers. Le programme finance les postes d’officiers départementaux de Liaison (FLOs) dans les musées locaux auxquels les découvreurs peuvent signaler leurs objets.

**Le Treasure Act est une loi du Royaume-Uni votée en 1996. Elle concerne les trésors découverts en Angleterre, en Irlande du Nord et au pays de Galles. Selon cette loi, toute personne découvrant un trésor sur un de ces territoires doit le déclarer au coroner le plus proche dans les quatorze jours suivant la découverte. Une enquête est alors menée pour déterminer si les objets découverts forment bien un trésor (au sens défini par cette même loi). Dans ce cas, un organisme d’experts indépendants, est chargé de déterminer la valeur marchande du trésor, en vue de son acquisition éventuelle par un musée. Si aucun musée ne désire acheter le trésor à ce prix, l’inventeur (celui qui a découvert le trésor) peut en disposer.

Tenez-vous informé des nouveautés et actualités XP en vous inscrivant sur la newsletter:  http://eepurl.com/WcmRz