Andy découvre une très rare broche médiévale en or avec son détecteur de métaux

Voici une nouvelle histoire extraordinaire, celle d’Andy, un prospecteur du Royaume-Uni, qui, équipé de son détecteur, a eu la chance de mettre au jour un objet exceptionnel.

Au début 2016, je détectais près de Kirby Muxloe, une petite ville du sud de l’Angleterre, où j’ai des autorisations, explique-t-il. C’est là que mon Déus a produit un son étrange. Sur l’écran, la conductivité oscillait entre 40 et 70. Comme il faisait froid et humide, je décidai que ce signal serait le dernier de la soirée. Je creusai sur une douzaine de centimètres, avant de remarquer un petit objet en or sur le bord du trou. J’ai pensé, à ce moment-là, que j’avais beaucoup de chance que ma pelle ne l’ait pas endommagé.

Voir c’est croire

Après l’avoir précautionneusement ramassé sur le sol, j’ai pu voir que c’était vraiment un très bel objet. J’ai crié à mon binôme : « j’ai trouvé de l’or ! » Il a accouru et nous avons admiré ensemble ma trouvaille. Nous pensions que c’était un objet Géorgien ou Victorien, car il était en excellent état et de superbe facture. Il y avait des inscriptions sur une face et un émaillage blanc avec des motifs dorés sur l’autre. Étonnamment, l’épingle était toujours en place et, elle aussi était, en or. Plus tard dans la soirée, mon ami m’a rappelé pour me confirmer que nous avions bien trouvé un trésor, après qu’il ait montré ma trouvaille à notre officier de liaison local (FLO). Ce dernier lui a aussi dit qu’il pensait que cet artefact était probablement d’époque médiévale et que j’avais l’obligation de le remettre aux autorités dans les 14 jours, selon les termes du Treasure Act. C’est là que mes nerfs ont lâché. Je n’ai pas pu fermer l’œil de la nuit. J’étais extrêmement excité, car c’était mon premier trésor. J’ai appelé le fermier, dès le lendemain matin, pour lui annoncer la bonne nouvelle. Il était lui aussi très excité. Il m’a raconté que sa famille possédait ses terres depuis plus d’un siècle et qu’il n’avait jamais entendu parler de la découverte d’un trésor avant cela. La broche a terminé au British Muséum dont les responsables ont confirmé qu’elle avait été fabriquée entre 1400 et 1490. L’inscription en français : « Honneur et joie » les a également beaucoup intéressé. Après une dizaine de mois, les responsables du musée ont décidé d’y renoncer et de me la rendre.

broche 3-2

La suite des opérations

Après une discussion avec le fermier, qui m’a fait confiance pour la suite des opérations, j’ai décidé de vendre la broche aux enchères. Sotherby’s s’est montré très intéressé, mais dans le même temps, j’ai pu parler avec Adam et Lisa, deux prospecteurs engagés, qui travaillent au département des artefacts historiques de Hansons Auctioneers and Valuers, dans le Derbyshire. Tous deux m’ont été d’une grande aide et m’ont bien informé. Ils étaient aussi excités que moi par cette découverte. Ils m’ont proposé des conditions très intéressantes pour cette vente et, avec Charles Hansons en personne, ils m’ont promis une énorme publicité locale, nationale et même internationale, avant la date des enchères.

Voici quelques informations au sujet de ma découverte :

broche 1&2

Il s’agit d’une broche en forme de cœur gravée du XVe siècle. C’est un présent d’amour fait au début de la sanglante Guerre des roses. Cette fine pièce est émaillée et gravée avec une inscription en français : « Honneur et joie ». Je l’ai découverte juste à l’extérieur du fossé entourant le château de Kirby Muxloe. Ce château a été construit par William Hastings, le premier baron du nom, et l’on pense que cet objet appartenait à sa femme, Catherine Neville. En effet, à l’époque médiévale, les bijoux de cette qualité étaient réservés aux personnes royales ou tout au moins de haut rang. L’estimation de départ pour la vente était de huit à neuf mille euros, mais finalement la broche a été vendue plus de vingt-trois mille euros !

C’est une belle fin qui a satisfait autant les scientifiques, qui ont put étudier l’objet en toute quiétude, que l’inventeur, récompensé pour son civisme. Le Treasure Act anglais, est, contrairement à ce que peuvent prétendre certains détracteurs, une machinerie bien huilée et parfaitement fonctionnelle, qui incite les prospecteurs à jouer le jeu et à déclarer.

Tenez-vous informé des nouveautés et actualités XP en vous inscrivant sur la newsletter:  http://eepurl.com/WcmRz